maurizio maggiani

Envoyé par Printemps du livre le 3 février 2011 à 16:00. FavoriteLoadingajouter à vos favoris Partager

Maurizio Maggiani

Mau­ri­zio Mag­giani a publié de nom­breux romans et récits. Son œuvre est tra­duite en plu­sieurs langues et il a connu un immense suc­cès avec Le Cou­rage du rouge-gorge (Actes sud, 2009, Prix Via­reg­gio et Prix Cam­piello). Ce livre tour­billon­nant déplie les recherches qu’entreprend Save­rio Pas­cale, fils d’un bou­lan­ger  ita­lien, anar­chiste et émi­gré en Egypte pour fuir le fas­cisme. Mais la quête des ori­gines fami­liales, ouverte par un recueil du poète Unga­retti, creuse vite une brèche vers l’Italie du XVIe siècle, entre Inqui­si­tion et dia­spora. La recherche d’un « port ense­veli » super­pose les époques et mêle la saveur du roman à la réflexion sur l’histoire.

Ver­sion sonore Extrait de Le Cou­rage du rouge-gorge :



Le Courage du rouge-gorgeExtrait de Le Cou­rage du rouge-gorge :

J’étais ren­tré de la plage avec ce livre, mais le retrou­ver chez moi me pesait : j’avais l’impression de conser­ver indû­ment un secret. Si bien que, un jour, je l’ai mis sous mon bras et je suis entré dans l’imprimerie des Bat­tis­tini qui, dans le quar­tier où je vivais désor­mais, était l’un des fonds les plus anciens et les plus estimés.

Ils impri­maient là les Ita­liens de la nuit des temps et, enca­dré au-dessus de la porte d’entrée, on peut encore voir une espèce de diplôme décerné par le calife turc, por­tant la date de 1102, année de l’hégire, il y a trois siècles. Au-dessus du mon­tant se trouve aussi le car­touche avec le nom de la bou­tique, un nom qu’aucun des nom­breux pro­prié­taires n’a jamais voulu, ou n’a jamais eu envie, de chan­ger, le nom sous lequel elle est connue encore aujourd’hui : El Mes­kin, « Le Pauvre », le titre par lequel s’appellent les véné­rables supé­rieurs du monas­tère d’Abou Makar, dans le désert de Wadi Natroun. Le lieu saint non loin d’ici, où, depuis plus d’un mil­lé­naire, les moines coptes copient et reco­pient leur mys­té­rieux savoir sur Dieu et les prophètes.

Les frères Bat­tis­tini étaient arri­vés à Alexan­drie avant la guerre ; ils venaient du vil­lage de mon père, accom­pa­gnés du leur, pri­vés de leur mère à cause de la diph­té­rie qui l’avait empor­tée peu après la nais­sance d’Amos. Le vieux avait avec lui deux boîtes pleines de carac­tères typo­gra­phiques flam­bants neufs, jamais vus dans la ville jusque-là, et, avec ceux-ci en guise de dot, il était entré dans la vieille impri­me­rie du quartier. (…)

Donc un jour, je suis entré dans l’imprimerie et j’ai donné le livre à Amos : « Regarde ce que mon père avait dans sa bou­lan­ge­rie. » J’étais inquiet, presque honteux.

Amos m’a pris le livre des mains, avec insou­ciance, le sou­pe­sant afin de mieux le regar­der, comme s’il s’agissait d’un muge de la baie à ache­ter à un gamin ; enfin, il s’est mis à le feuille­ter avec pas­sion, grin­çant des dents et fai­sant cla­quer sa langue : « Beau, très beau. Ça alors. »

Le Cou­rage du rouge-gorge, p.44–45-46


RENCONTRES

Ven­dredi 15 à 18h30
Ins­ti­tut Cultu­rel Ita­lien
Sam 16, à 9h
Salle poly­va­lente à Claix
Sam 16, à 14h30
Mai­son de l’International

SIGNATURE
Dédi­caces des auteurs ven­dredi,
samedi ou dimanche
sous le cha­pi­teau du Jar­din de ville

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

(ouvrages tra­duits
par Mar­gue­rite Pozzoli)

Le cou­rage du rouge-gorge,
édi­tions Actes Sud, 2009
Le Voya­geur noc­turne
,
édi­tions Actes Sud, 2006
Treize varia­tions sur l’amour
,
édi­tions Actes Sud, 2004

EN SAVOIR PLUS

Le site de Mau­ri­zio Mag­giani (en italien)

Imprimer cet article Imprimer cet article

2 commentaires

  • HAMEZ Sophie dit :

    Le cou­rage du rouge-gorge

    J’ai beau­coup appré­cié la lec­ture de cet ouvrage tant par la nar­ra­tion que par l’intrigue. L’histoire change beau­coup de se que l’on peut décou­vrir habi­tuel­le­ment et nous fait décou­vrir un autre monde que l’on a la sen­sa­tion de péné­trer à tra­vers les pages. C’est très agréable d’avoir la sen­sa­tion d’être dans les vil­lages tra­ver­sés.
    Merci pour cette décou­verte. Cela donne envie de décou­vrir les autres ouvrages de l’auteur.

    • China dit :

      nes­suno ha notato che, anche se il nome è scritto tutto attac­cato, le iniziali di pui­ce­lot­tiacff­dont sono iden­tiche a quelle di un ret­ti­liano bio­plas­ma­tico di cui evi­tiamo di fare il nome per ques­tione di privacy?È vero, :-D

Trackbacks / Pingbacks

Postez vos impressions de lecture

MERCI D'INDIQUER LE TITRE DE L'OUVRAGE EN DÉBUT DE COMMENTAIRE